Login
Pseudo :
Pass :
 Enregistré
S'enregistrer
Perdu votre Pass ?

  Membres
 · Admins : 2
 · Membres : 2144 [Liste]
 · Dernier : eoy519dj2m9gyy
  Qui est en ligne ?
 · Visiteurs : 3
 · Membre : 0
 · Admin : 0
Menu
La série
Présentation
Le concept
Episodes en photos
Les coulisses
Les acteurs
Creation de la moto
Interview Burton Armus
Que sont ils devenus ?
La musique
Les atouts
Les médias
News
Tonnerre Mécanique 2009
Marchandising
Produits Derives
Le DVD officiel
Communauté
Membres
Calendrier
Tonnerre Mécanique Online
Nous Recommander
Nous Contacter
Livre d'Or
Liens Web
Page
Le cri du Faucon

Mélodies simples au son torturé, arrangements complexes développés par des synthétiseurs performants, boîtes à rythmes frappantes et sinueuses, la musique de la série «Tonnerre Mécanique» ne laisse pas les mélomanes indifférents.


Au départ de la post-production, Le producteur Burton Armus n'avait pas pensé au groupe allemand Tangerine Dream pour assurer le score de la série, d'autant que les trois compères avaient déjà interessé Michael Mann, le producteur de Miami Vice "Deux flics à Miami" mais c'est finalement le jeune et ingénieux Jan Hammer qui aura à composer les pistes intrumentales synthétiques de la série peinte au couleurs de la Floride. Tangerine Dream fut alors recruté pour cette série considérée alors comme prometteuse, futuriste et pleine d'humour.


Composé et enregistré en 1984 par le groupe mythique allemand ayant commencé leurs carrières en 1967, ils sont tout de même les précurseurs de la musique électronique et toutes ses variantes. Les deux clavistes Edgar Froese, Johannes Schmoelling et le batteur Christopher Franke créent alors à partir de rien, un thème principal, un thème dérivé et une multitude de thèmes pour illustrer les différents événements émotionnels de la série au son toujours vaste et singulier à la fois, mettant leurs sonorités complexes au service de cette série dont le mariage opère dès les premières secondes de l’épisode pilote (La naissance du Faucon – Prologue).


Le mystère, la force, l’assurance et le doute sont orchestrés de leurs touches Roland, Korg et Simmons. Un des thèmes de la série sera repris dans l‘album « Le Parc » en 1985 dont l’originalité se trouvant dans le choix des titres pour chacun des morceaux.
En effet, ils désignent neuf des plus grands parcs naturels du monde. On y trouve ainsi entre autres pour la France le célèbre « Bois de Boulogne » (Merci Tangerine !) et le parc naturel de Los Angeles, ville qui est le lieu de tournage de la série, portant le titre suivant « L.A Streethawk ».



Une telle bande originale, alliant mélodies efficaces et ambiances sinueuses et lointaines, aurait pu faire l’objet d’une édition vinyle, comme il fut le cas plus tard pour leurs autres bandes originales, mais l’instabilité guette les membres du groupe.
Pour des « raisons diverses et variées » (seule justification du groupe dans les interviews depuis lors) Johannes quittera le groupe juste après «Le Parc». Voici que le trio laissant son premier pilier partir en pleine reconnaissance internationale. La bande son portant la signature de compositeurs commune et la question n’ayant plus été abordée depuis, l’édition tombera dans l’oubli.

Seul le 45 tours présentant un remix radio de StreetHawk sera édité en 1985 chez Jive Records dans diverses impressions pour le pays dont il sera destiné.







Depuis moultes intégrations et départs seront au rendez vous de la formation allemande, continuant à produire un album régulièrement, toujours sollicité par des réalisateurs pour leurs thèmes ambiants dont ils ont le secret. Pour information : J. Peter Robinson qui aura bientôt sa place dans la formation allemande aurait composé quelques scores pour le film de Mike Marvin en 1986 « The Wraight » qui eu pour l’Europe des traductions comme « Turbo interceptor » et en édition VHS « Phantom ». Il eut également à composer également le score de la série « Charmed » dont le thème de fin rappelle implicitement le groupe dont il vient.




Il est probable qu’un jour, la maison d’édition de l’époque incite les membres à éditer la bande originale sous un autre nom, la série n’ayant pas été couronnée de succès lors de son lancement. Mais il est bien plus probable encore, qu’avec le nombre de spectateurs qu’elle a laissé derrière elle, que la mode, qui consiste à reprendre ce qui a déjà été fait, fasse son œuvre et réactualise les éléments de cette série qui n’avait rien à envier à ces congénères, et qui aurait pu laisser davantage de souvenirs à ses spectateurs si on lui en avait laissé les moyens…

Michael-David
Le site vous plait faites un don !
Sondage
Voulez vous du nouveau sur le site ?
 Ce site est superbe ne changez rien !
 Ce site est sympa, il faudrait le faire évoluer un
 Il faudrait le faire évoluer beaucoup plus souvent

 
Autres Sondages
Partenaires
Association de motards du Mans
C.la - Redirection gratuite sans pub
Compteur

48500 visites entre le 21/05/2006 et le15/03/2008
Recherche
Recherche avancée